Actionmarguerite innove avec les approches douces et persuasives

Autrefois, l’utilisation de la force pour immobiliser les patients était courante dans les hôpitaux. La recherche a montré les conséquences négatives que cela pouvait avoir sur les patients et leurs familles. Cette pratique n’a donc aujourd’hui plus sa place dans les établissements de soins, qui préfèrent de nouvelles méthodes de gestion des patients, telles que l’approche douce et persuasive (ADP).

L’ADP consiste à « équiper le personnel avec les aptitudes et la confiance qui leur permettront d’interagir dans le respect et en toute sécurité avec des personnes atteintes de troubles cognitifs, explique Michele Bliss, formatrice certifiée d’Avancées Gérontologique Éducation (AGE). Apprendre les stratégies de l’ADP aide le personnel à reconnaître, prévenir et atténuer des comportements qui pourraient survenir dans le contexte de la démence. »

Le groupe AGE est une entreprise nationale à but non lucratif, à vocation sociale. « C’était important pour Actionmarguerite d’être associé à un programme canadien axé sur les preuves, souligne Josée Fournier, gestionnaire des services aux résidents à Actionmarguerite. La dimension du non-lucratif joue beaucoup, car nous savons que nous travaillons avec un groupe qui est là pour faire une différence, et non pour faire des affaires. »

En mai 2018, deux formatrices certifiées d’AGE sont venues à Winnipeg offrir une formation au personnel d’Actionmarguerite. « C’est la première fois qu’AGE envoie des formateurs au Manitoba. Les résidences d’Actionmarguerite seront les premières de la province à mettre en place ce programme. »

À l’issue de deux jours de formation, 17 employés ont obtenu une certification. « Nous avons rassemblé des membres de la direction, des infirmiers, des éducateurs, des travailleurs sociaux et des membres du service de loisirs. Nous avons essayé de toucher à tous les aspects des soins aux résidents afin d’avoir une unité dans nos pratiques. »

Grâce à leur certification, les 17 employés ont ensuite pu eux-mêmes former les membres de leurs équipes respectives. « Pendant la formation, nous leur avons exposé les pratiques d’ADP, indique Michele Bliss. Ils ont ensuite transmis ce savoir à leurs collègues, au travers de sessions d’une journée pour apprendre les bases de l’ADP. » À ce jour, plus de 200 membres du personnel ont reçu la formation.

L’ADP est également une manière pour Actionmarguerite de minimiser les accidents du travail. « C’est une partie intégrale du plan de prévention de la violence au travail, » dit Michele Bliss.

Josée Fournier précise : « Nous avons commencé par former le personnel des unités des personnes à besoins spéciaux et des personnes qui pouvaient présenter des troubles du comportement, car ces résidents sont sujets à des comportements réactifs, et les risques d’incidents sont plus élevés. »

Actionmarguerite a commencé à instaurer ces nouvelles pratiques dès l’automne 2018. « Tout commence par la direction, qui croit fortement en ce programme. Les gestionnaires ont travaillé à implanter ces méthodes. Les éducateurs et infirmiers déjà formés ont été des modèles dans leurs départements. Les travailleurs du service des loisirs ont incorporé l’ADP dans les activités et les travailleurs sociaux ont aidé les familles à comprendre les nouvelles approches utilisées dans les résidences. »

Pour Actionmarguerite, c’est une continuité de l’offre de soins aux résidents, par e nouvelles méthodes. « Actionmarguerite fournit des soins excellents depuis plus de 25 ans, note Josée Fournier. Répondre aux besoins de notre clientèle est de plus en plus complexe, et nous devons nous adapter. Cela nécessite des aptitudes et des connaissances supplémentaires. Afin de rester à jour, nous nous devons d’être innovateurs et de penser de façon progressive. »