Sa prochaine étape, la stabilité

Texte de Ken McIntyre

Carlene Flett a vécu à Lac‑du‑Bonnet jusqu’à la séparation de ses parents. Elle avait alors trois ans. Sa mère a déménagé à Winnipeg, emmenant Carlene et ses trois autres enfants.

Ses parents ont traversé une période difficile, et Carlene a été placée en famille d’accueil à l’âge de quatre ans. Ça a été le début d’un cheminement en dents de scie qui a pris fin après son passage par 12 foyers d’accueil différents.

À 13 ans, elle a commencé la boxe au Pan Am Boxing Club. Carlene excellait dans les sports; elle jouait au volleyball et participait aux championnats provinciaux d’athlétisme. « J’étais dans l’équipe divisionnaire de 8e année alors que je n’étais qu’en 6», se souvient‑elle avec fierté. « Mais les choses ont changé à l’école. C’est la vie, comme on dit. »

À 15 ans, Carlene s’est finalement installée dans une famille d’accueil aimante qu’elle considère aujourd’hui comme sa famille. « Ma mère de famille d’accueil m’a beaucoup soutenue en m’aidant à élever ma fille et à prendre les bonnes décisions. »

En raison de son passage par de nombreuses familles d’accueil, Carlene a fréquenté de nombreuses écoles et elle a terminé son secondaire malgré sa grossesse. « J’essayais encore de faire de quelque chose de ma vie, alors je suis retournée à l’école deux mois après mon accouchement. Il me manque encore un crédit, mais je suis déterminée à passer mon cours préalable de calcul infinitésimal, alors je vais aux cours du soir deux fois par semaine. »

Carlene est restée en contact avec une travailleuse sociale qui l’a beaucoup aidée à traverser des périodes difficiles. « Je ne sais pas comment elle a fait; je lui faisais confiance, et elle a profité du temps que je voulais passer avec elle pour m’amener dans des ateliers alors que je n’avais que huit ans. Plus tard, elle m’a aidée à décrocher mon premier vrai emploi, comme superviseure d’une coopérative de jeunes. »

Carlene s’est inscrite au programme d’options indépendantes (Independent Options Program) de Marymound à 17 ans pour faciliter sa transition vers l’âge adulte et la vie autonome. « Honnêtement, je peux dire que j’ai très bien réussi ma transition du placement familial à ma propre vie indépendante, mais je continue d’apprendre, de vivre. »

Aujourd’hui, à 21 ans, Carlene a son propre appartement et travaille à temps plein dans le cadre du programme d’expérience de travail étudiant (Student Work Experience Education Program [SWEEP]) de Marymound depuis juillet 2018. Ses superviseurs ne peuvent que la complimenter pour son sérieux, son éthique du travail et son attitude positive. Elle s’est occupée du chariot à hot‑dogs, a aidé à la cuisine, à l’entretien et dans le cadre du programme culturel, tout en faisant aussi des travaux extérieurs.

Carlene veut faire des économies pour s’inscrire à l’université en neurosciences. « Je veux en apprendre plus sur le cerveau et en étudier le fonctionnement et le développement, et je veux aussi étudier la maladie mentale pour tenter de créer plus de connexions et d’apporter de meilleures solutions qui ne font pas appel aux médicaments », dit Carlene. « Les médicaments devraient apporter une aide, mais ne devraient pas créer de dépendance. »

Mais pour l’instant, Carlene se soucie surtout de se donner une fondation solide. « J’essaie de faire en sorte que la vie de mon bébé ne soit pas comme la mienne en veillant à lui assurer une certaine stabilité. Je ne peux pas imaginer ma fille passer à travers tout ce que j’ai connu à son âge. Encore aujourd’hui, je ne sais pas comment j’ai fait pour m’en sortir et arriver à cette étape‑ci de ma vie. »

Carlene est bien et elle entend le rester. « Je sais ce que c’est que d’être dans une mauvaise situation, et je préfère faire des choses qui vont m’aider plutôt que d’aggraver les choses. Pour moi, ce n’est qu’une question de bon sens. »